Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Wiccan & Chaman Arts

Mâ Ananda Moyi

Mâ Ananda Moyi

La femme que toute l’inde connaît maintenant sour le nom de Mâ Ananda Moyi, ou plus simplement de Mâ ou Mâraji, naquit à Kheora dans le district de Tripura (Tipperah), petit village qui fait partie actuellement du Bangladesh.

Ses parents étaient de grands adorateurs de Vishnou. Elle naquit le 30 avril 1896 à l’aube, on lui donna le nom de Nirmalâ Sundarî Devî. De caste brahmanique, elle fut mariée selon l'usage à 13 ans. Son mari éprouvait un très grand respect pour ses expériences mystiques et la considérait comme son gourou. En 1922, elle se donna elle-même l'initiation (diksha) et prit le nom religieux de Ananda Moyi, littéralement, "faite de béatitude".

Ses déplacements perpétuels étaient la caractéristique de ses enseignements. On se pressait pour l'entendre, des hindous, mais aussi des chrétiens et des musulmans du monde entier. On prit l'habitude de lui décerner le titre de "Mère" (Ma) en signe de révérence.

Elle dispensait son enseignement de façon spontanée, à la manière d'un jeu. Paradoxalement, elle est connue pour ses pratiques d'ascèses très dures. Pendant trois ans, elle se nourrit exclusivement de trois grains de riz par jour. Elle observait régulièrement des vœux de silence.

 

 

Les disciples s'étonnaient parfois que Ma accepte sans protester que des foules s'assemblent autour d'elle et que tant de gens viennent lui raconter leurs ennuis et leurs soucis domestiques. A cela, elle répondait :

"Si vous pensez que cela m'est désagréable, c'est uniquement parce que vous faites une distinction entre votre corps et le leur. Vous ne ressentez pas comme un lourd fardeau de porter votre tête, vos mains et vos pieds, vos doigts, vos membres, parce que vous les considérez comme parties intrinsèques de votre propre corps. De même, je sens que toutes ces personnes sont des membres organiques de ce corps ci. Elles ne me pèsent donc pas, pas plus que leurs soucis. Leurs joies et leurs peines, leurs problèmes et leurs solutions sont une partie vitale de moi-même ; je n'ai aucun sens de l'ego, ni de la séparation. En moi, chacun de vous a dans une égale mesure la hauteur et la profondeur de l'éternité."

Mâ Ananda Moyi est décédée en 1982 à Hardwar. Elle nous a offert la sagesse et l’enseignement non duel, pour trouver l’unité, elle était l’Un, l’Unique, la Source. Lumière éternelle qui brille dans un cœur pur, Mâ, Mère Divine, est une étoile pour tous ceux qui cherchent ce fameux Qui Suis-Je ?

Voici quelques citations extraites du livre « L’enseignement de Mâ Ananda Moyi » traduit par Josette Herbert ; éditions Albin Michel.

*« Le Soi, contenu en Soi,

Faisant appel à Soi pour la révélation du Soi,

C’est cela le bonheur »

*« Pour l’individu, il y a un voile de l’ignorance,

Mais il y a aussi une porte qui conduit à la connaissance. »

*« L’instant passé ne revient pas. Le temps doit être bien utilisé et il ne l’est vraiment que lorsqu’il est consacré à rechercher : Qui suis-je ? »

*« Dans un acharnement sans faille, empli d’une patience si importante dans une ascèse, vous devez aller de l’avant joyeusement à la quête de Dieu, sans rien laisser vous ralentir. Celui qui réside dans le cœur doit Se révéler au-dedans et au-dehors. »

*« Dire : je ne peux pas faire cela, ce but est impossible à atteindre !; ne fait qu’inciter à l’indolence. Le jour passé ne revient jamais.

Un homme partit un jour au bazar pour u faire des achats. Mais il y avait tant de gens qu’il décida d’attendre jusqu’à ce que la foule se soit dispersée. Quand tout fut tranquille, il s’approcha des échoppes et s’aperçut que tout ce qui en valait la peine avait été vendu.

Le jeu du monde comporte toujours confusion et ennuis. c’est inévitable. Affrontez les difficultés et vous pourrez acheter ce que vous vouliez. »

 

Mâ Ananda Moyi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article