Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Wiccan & Chaman Arts

La Réincarnation

La réincarnation dans l’histoire

Parlons un peu de la réincarnation, depuis le commencement de l’histoire humaine en terme de religion, les peuples ont concédé une place essentielle à la réincarnation. Beaucoup de gens croyaient et croient encore profondément en une ‘vie’ après la mort physique. Les premiers chrétiens croyaient à la renaissance (réincarnation) et jusqu’au milieu du Moyen-Âge, cette foi persista sous divers aspects. Au IIIe siècle, Origène, l’un des plus influents pères de l’Église écrivait ceci au sujet de la préexistence des âmes : « chaque âme vient au monde fortifiée par les victoires de ses vies passées, ou affaiblie par leurs défaites ».

Bien que ces croyances fussent rejetées par la suite, on trouve encore des indices dans la pensée de la Renaissance avec des écrivains poètes romantiques tel que Blake ou Shelley. A la fin du XIXe siècle, les religions orientales ont voyagé et les connaissances hindoues et bouddhistes sur la Renaissance (réincarnation) se sont développées en occident. Un intérêt grandissant anime aujourd’hui les peuples de tous les continents et de toutes les cultures sur les philosophies orientales.

Maintenant, comme beaucoup d’entre avons une notion assez vague de la vie après la mort, nous n’avons réellement aucune idée de ce que cela peut être. Comme disait Voltaire : « Après tout, il n’est pas plus étonnant de naître deux fois qu’il ne l’est de naître une fois. »

La réincarnation par l’exemple

L'exemple suivant illustre bien le processus exact de la renaissance :

Les vies successives d’une série de renaissance ne sont pas semblables aux perles d’un collier, maintenues ensemble par un fil, « l’âme », qui passerait à travers les perles ; elles ressemblent plutôt à des dés empilés l’un sur l’autre. Chaque dé est séparé, mais il soutient celui qui est posé sur lui et avec lequel il a un lien fonctionnel. Les dés ne sont pas reliés par l’identité, mais par la conditionnalité.

H.W. Schumann, The historical Buddha (London, Arkana, 1989)

Les écritures bouddhistes nous offrent un exposé très clair de ce processus de ‘‘conditionnalité’’.

La série de réponses du sage bouddhiste Nagaséna aux questions posées par le roi Milinda est célèbre à ce sujet.

Le roi demanda à Nagaséna : « Quand une personne renaît, est-elle identique à celle qui vient de mourir, ou différente ?

-  elle n’est pas identique, répond Nagaséna, et elle n’est pas différente... Dis-moi, si un homme allume une lampe, peut elle brûler toute la nuit ?

-  oui. 

-  La flamme qui brûle dans la première veille de la nuit est-elle la même que celle qui brûle dans la deuxième veille...ou dans la dernière ?

-  Non.

-  Cela signifie qu’il y a une lampe dans la première veille, une autre dans la seconde, et encore une autre dans la troisième ?

- Non c’est grâce à une seule lampe que la lumière brille toute la nuit.

-  Il en va de même de la renaissance : un phénomène qui se produit et un autre sans cesse, simultanément. Ainsi, le premier acte de conscience dans la nouvelle existence n’est ni identique au dernier acte de conscience dans l’existence précédente, ni différent de lui. »

Le roi souhaite un autre exemple afin d’élucider la nature précise de se rapport. Nagaséna utilise la comparaison avec le lait caillé, le beurre ou le ghee (beurre clarifié chez les tibétains) que l’on obtient à partir du lait ne sont pas identiques au lait, mais leur production en est entièrement dépendante.

Le roi demande alors : « s’il n’existe pas d’être qui passe de corps en corps, ne sommes-nous pas libres de toutes les actions négatives de nos vies passées ? »

Nagaséna lui donne cet exemple : un homme vole des mangues. Les mangues qu’il dérobe n’étant pas les mêmes que celles que le propriétaire possédaient et avait plantées à l’origine, pourquoi donc le voleur devrait-il être puni ? La raison, dit Nagaséna, est la suivante : si les mangues volées ont poussé, c’est à cause de celles que leur propriétaire avait plantées au départ. De la même façon, c’est à cause de nos actions pures ou impures dans une vie que nous sommes liés à une autre vie, et nous ne sommes pas libres de leurs conséquences.

Source de ce texte: Le livre Tibétain de la vie et de la mort par Sogyal Rinpoché, éditions de la Table Ronde.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anna 10/08/2006 13:00

Bonjour ! Vous désirez faire connaître votre site ou blog, afin d'y recevoir un grand nombre de visiteurs ? Venez donc le référencer sur WebRéférence. L'inscription est gratuite et les nouveaux visiteurs sont assurés !
Alors, n'attendez plus ! Rejoignez-nous sur WebRéférence ! http://webreference.c.la/
H

Moriganne 14/04/2006 14:09

nous croyons en cela ... Bisous de Moriganne et d'Honorius. Bonne fin de semaine et joyeuses Pâques.

isis 22/03/2006 07:33


vive le printemps !!

isis 19/03/2006 18:56

il me semble important de vivre cette vie ci , du mieux possible ... sans conditions ...bonne soirée ...

Dharma Ylang 21/03/2006 15:02

Sage remarque chere Isis, ne jamais négligé le présent est important!

Maja 15/03/2006 22:43

Elle est bonne la citation de Voltaire, ce qui est troublant, c'est qu'il n'a pas tort. Mais à propos de la réincarnation, j'ai toujours été ambivalente sur la possibilité qu'un  tel phénomène existe. Ça reste encore dans l'improbable, qui n'est pas impossible. Bisous, bonne soirée, Maja.

Dharma Ylang 21/03/2006 15:04

J'aime beaucoup cette petite phrase, elle résume le fondement de mes croyances...
"L'improbable qui n'est pas impossible."
Merci à toi Maja