Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Wiccan & Chaman Arts

Helena Petrovna Blavatsky

Helena Petrovna von Hahn, plus connue sous le nom d'Helena Blavatsky ou Madame Blavatsky née le 30 juillet 1831 en Russie, morte le 8 mai 1891 à Londres, est la fondatrice de la Société théosophique et d'un courant ésotérique auquel elle donna le nom générique de Théosophie, et qu'on appelle plus clairement « théosophisme ». Souvent désignée par ses initiales : HPB.

Elle est née à Yekatérinoslav (Dniepropetrovsk, aujourd'hui en Ukraine), près du fleuve Dniepr, au sud de la Russie, sous le tsar Nicolas Ier. Elle est la fille d'un colonel, le baron Peter von Hahn, officier allemand naturalisé russe, et d'une romancière, Helena Andreïevna de Fadeïev.

Elle se montre une enfant fantasque, somnambule, chétive, mais aussi décidée, intrépide, coléreuse. Elle lit, dès 1846, chez son grand-père, des ouvrages sur la franc-maçonnerie, les sciences occultes. Elle a une gouvernante anglaise, une autre française, elle parle donc couramment russe, allemand, français, anglais. Elle sait monter à cheval (même dans un cirque), chanter, jouer du piano en concertiste, peindre et dessiner, produire des phénomènes spirites ou paranormaux (poltergeist, clairvoyance) ou spirituels (visions), raconter et inventer merveilleusement, etc.

Sur un coup de tête, en juil 1848, elle se marie avec Nicéphore Vassiliévitch Blavatsky, vice-gouverneur de la province d'Erevan (Arménie, russe depuis 1828). Le mariage ne sera pas consommé. Il a 40 ans, elle a 18 ans. Elle restera vierge sa vie durant, et hostile aux mâles.

Dès oct. 1848, elle part : Turquie, Égypte, Grèce, aidée financièrement par son père. En 21 ans de voyages, elle va rencontrer sorciers, rebouteux, chamans de Mongolie et d'Inde, lamas du Caucase et du Tibet, yogins d'Inde et de Ceylan, spirites russes et égyptiens, médiums, sages et autres personnes spirituellement remarquables, qui allaient profondément l'influencer. Dans cette première série de voyages (1848-1858), elle va à Constantinople, en Égypte (elle s'instruit auprès d'un copte, Paulos Metamon), à Londres, en Amérique du Nord (le Québec, puis les États-Unis, avec l'explorateur Albert Rawson, en fin 1851) où elle rencontre des Amérindiens, des mormons, des vaudouistes (à la Nouvelle-Orléans). Elle se rend au Mexique, au Honduras, aux Indes (1852), Ceylan, à Singapour, New York, Calcutta, au Ladâkh. Elle ne parvient pas à pénétrer au Tibet. Elle passe par Java, revient en Angleterre (1853), retourne aux États-Unis (été 1854), dans les montagnes Rocheuses, en convoi d'immigrés. Via le Japon, elle regagne l'Inde, et d'après ses dires, réussirait, fin 1855, par le Cachemire, à entrer au Tibet, pour être initié par son ou ses Maîtres, les Mahâtma (Terme qui signifie "Grande Âme" en sanskrit). Aucun document certain n'atteste sa présence au Tibet même. Qui plus est, elle n'a pu y séjourner sept ans comme elle le dit, et sa connaissance du Tibet est peu conforme à ce qu'on sait du bouddhisme tibétain, ou lamaïsme.

HPB se fixe à New York en juillet 1873, à 42 ans. Avec le colonel Olcott, homme de loi, franc-maçon, elle rencontre, en oct. 1874, un premier grand compagnon (chum) en théosophie : ils s'intéressent alors au spiritisme (de Katie King), dont elle rejette cependant les idées. Peu après elle se fait un autre "compagnon" de W. Q. Judge. Elle contracte à New York, en avril 1875, un second mariage avec un Géorgien, Michael C. Betanelly, alors qu'elle restait mariée avec le général Blavatsky ! Ce mariage n'aura pas plus d'incidence et de sexualité que le premier, le divorce est prononcé en mai 1878. En juin 1875 elle se guérit d'une maladie qui la condamnait à l'amputation en se collant un chien sur la jambe malade.

Elle fonde le 7 septembre 1875 (officiellement le 17 nov. 1875), à New York la Theosophical Society (Société théosophique), avec le colonel Henry Steel Olcott comme président et le clerc d'avocat irlandais William Quan Judge comme secrétaire ; HPB est simple secrétaire correspondante. Alors, "la Société Théosophique est organisée dans le but suivant : a) développer les sentiments de tolérance mutuelle et de bienveillance entre peuples de différentes races et de différentes religions, b) encourager l'étude des philosophies, des religions et des sciences des Anciens et en particuliers des Aryens [Ârya : peuples d'Iran et du nord de l'Inde parlant les langues indo-européennes], c) aider aux recherches concernant la nature supérieure de l'homme et ses pouvoirs latents."

En sept. 1877, HPB fait paraître à New York en deux gros volumes, en anglais, Isis dévoilée

HPB meurt à Londres le 8 mai 1891, à 60 ans, lors d'une grave épidémie de grippe. Elle est incinérée au Woking Crematorium, dans le Surrey.

Avis contrastés sur son oeuvre, qui relève de l'ésotérisme, de l'orientalisme, de la cause des femmes, de la parapsychologie. En 1892, un érudit, William Emmette Coleman, s'est fait fort de montrer que la vaste érudition de HPB ne s'appuierait que sur des livres occultistes de seconde main. [13] En revanche, l'historien Theodore Roszak a soutenu en 1975 que "Helena Petrovna Blavatsky (est) certainement l'un des penseurs les plus originaux et les plus pénétrants de son temps (Helena Petrovna Blavatsky... is surely among the most original and perceptive minds of her time."[8]

Bibliographie

trad. aux Éditions Adyar [14]

* Isis dévoilée (Isis Unveiled, New York, 1877), 2 vol. Trad. française, Paris, Éditions Adyar, 766 et 688 p. En ligne 1665 p. [15] [archive]

* La Doctrine Secrète (The Secret Doctrine, Londres, 1888), 2 vol. en 4 t. à Londres + un 3° vol. en 2 t. arrangé par Annie Besant en 1897 à Londres. [16] [archive] [17] [archive] Trad. française, Paris, Éditions Adyar : t. I Cosmogénèse 400 p., t. II Évolution du symbolisme 470 p., t. III Anthrogénèse 636 p., t. IV Le symbolisme archaïque des religions du monde 455 p., t. V et VI (volume III arrangé par Annie Besant) : Miscellanées 352 et 316 p. Il existe un Abrégé de la doctrine secrète (1907, par Katherine Hillard), "extraits conformes et suivis" en 1 seul tome, 490 p. aux Éditions ADYAR, 4, square Rapp, 75007 PARIS.

* La Voix du silence (The Voice of the Silence, 1889). Extraits des "Préceptes d'or". Trad., Paris, Adyar, 110

* La Clef de la Théosophie (The Key to Theosophy, 1889). Exposition par questions et réponses. Trad., Paris, Adyar, 1991, 328 p. [18] [archive]

* Cinq Messages aux Théosophes Américains (Five Messages to the American Theosophits, 1888-1891, 1ère éd. 1922), trad., Paris, 1982.

* Dans les cavernes et les jungles de l'Hindoustan. 1883-1886 (From the Caves and Jungles of Hindostan. 1883-1886, 1ère éd. 1892), trad.

* Glossaire de la Théosophie (The Theosophical Glossary, 1892), trad., Adyar, 1981, 456 p. Confus. [19] [archive] [20] [archive]

* Râja-yoga ou Occultisme (1931), trad., 1983.

Source pour plus d’information : wikipedia

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article